Les agriculteurs bio en difficulté

les-agriculteurs-bio-en-difficulte.jpg

Il est vrai que les produits bios enregistrent des chiffres d’affaires importantes sur le marché grâce à une croissance de 20% sur la consommation durant l’année dernière. De nombreux agriculteurs bio sont inquiets face à leur avenir et lancent un cri d’alarme envers l’Etat de leur situation. 

Des aides non débloquées

agriculteurs-bio.jpg

D’après la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB) la situation des agriculteurs bio est très inquiétante alors que ce secteur soit plus dynamique que l’agriculture classique. Cette plateforme réunissant de nombreux agriculteurs bio déplore le fait que divers avantages qu’ils devraient bénéficier ne le sont pas encore. En effet, selon toujours cette association des agriculteurs bio, l’ensemble des aides à la conversion et à la reconnaissance des services environnementaux, sans oublier les mesures agro-environnementales (MAEC) relatives aux deux années précédentes (2015-2016),  ne leur ont pas été accordées jusqu’à ce jour. Ces désagréments ont des impacts néfastes sur leur trésorerie. Pour n’arranger pas leur situation, les banques qui étaient jusque là très adorables avec les agriculteurs bio sont actuellement moins indulgents avec eux bien que ces derniers les présentent des attestations d’aide. 

Une situation rencontrée partout en France

agriculteurs.jpg

La grogne des agriculteurs bio se font entendre partout en France. Du plus petits aux plus aisés des agriculteurs bio dénoncent la situation qu’ils subissent actuellement. Ils s’unissent tous à réclamer aux autorités publics le paiement des aides des deux années précédentes et de préparer déjà celles de cette année. Par la même occasion, ces professionnels dans le secteur de l’agriculture bio demandent aussi à au pouvoir central et aux régions de des intérêts des emprunts qu’ils ont dû contracter pour compenser ces retards. Bon nombre de ces agriculteurs bio à travers le pays expriment leur mécontentement par l’organisation de plusieurs meetings de contestation ou des interventions médiatisées.